Ecrire – Marguerite Duras.

Holà,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma rencontre avec un livre, et avec son auteur. Un des points plus que positif pour moi dans les bibliothèques, c’est que l’on rencontre des livres dont on n’a jamais entendu parler. Je suis allée là-bas avec ma petite liste de livres que je voulais dont L’Amant de Marguerite Duras, mais celui-ci était déjà emprunté et comme je n’avais jamais lu de Marguerite Duras et que le titre m’a intrigué, d’autant plus qu’il n’a pas de résumé, j’ai foncé. Et je ne regrette pas.

 » Moi je crois, oui, qu’il s’agissait de cela, d’un amour bestial, cruel. Je le crois comme s’il s’agissait de l’amour même. »

IMG_2760

De quoi parle-t-il ? Je vous mets la quatrième de couverture. 

« Il faut toujours une séparation d’avec les autres gens autour de la personne qui écrit les livres. C’est une solitude essentielle. C’est la solitude de l’auteur, celle de l’écrit. Pour débuter la chose, on se demande ce que c’était ce silence autour de soi. Et pratiquemment à chaque pas que l’on fait dans une maison et à toutes les heures de la journée, dans toutes les lumières, qu’elles soient du dehors ou des lampes allumées dans le jour. Cette solitude réelle du corps devient celle, inviolable, de l’écrit. »

 » Je ne peux rien écrire.

Il y aurait une écriture du non-écrit. Un jour ça arrivera. Une écriture brève, sans grammaire, une écriture de mots seuls. des mots sans grammaire de soutien. Egarés; Là, écrits. Et quittés aussitôt. »

Mon avis. 

Il est toujours, à mon avis, difficile de donner un avis sur un tel livre, ce serait comme critiquez des mémoire, comment peut-on poser notre avis de lecteur sur les ressentis personnel d’un auteur ? C’est comme si quelqu’un se permettait de juger nos pensées.

Cependant je vais m’efforcer de trouver des choses à dire. Tout d’abord, l’écriture. C’est mon premier Marguerite Duras, ainsi je ne peux parler par experience, mais j’ai eu ce sentiment que l’auteure avait écrit son livre d’un seul trait, c’est brut, parfois cru mais d’une telle sincérité, d’une telle pureté.

De plus, quel bonheur pour un lecteur de découvrir les impressions d’un écrivain à propos de l’écriture. Leur ressenti face à celle-ci.

Au-délà des confessions d’un auteur, on découvre ici un témoignage de l’époque, de sa vie, des pensées diverses. A mes yeux, ce texte est à la fois d’une simplicité, d’une sobriété magnifique tout en se dotant d’un style littéraire unique. Des « essais » très courts, comme des bouts de pensées, des phrases courtes, afin d’offrir au lecteur des impressions brutes, réelles, comme à fleur de peau pour certains chapitres, le chapitre qui s’intitule « Le mort du jeune amateur anglais » est tout juste bouleversant à mes yeux.

Je pense que ce sera un tout petit article car je ne sais pas vraiment quoi vous dire à propos de ce livre à part qu’il vaut, à mes yeux le détour. De plus, il est très court, moins de 200 pages. Deux petites heures de lecture de pur bonheur, ça ne se refuse pas, si ?

Quant à moi, il serait temps que je lise L’Amant non  ?

 » Écrire c’est tenter de savior ce qu’on écrirait si on écrivait. […]

L’écrit ça arrive comme le vent, c’est nu, c’est de l’encre, c’est écrit, et ça passe comme rien d’autre ne passe dans la vie, rien de plus, sauf elle, la vie. »

Sur ce je vous laisse à vos lectures et vous dit à bientôt.

Sarah

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s